Au coeur de l’Initiative Andromeda : premiers pas avec le jeu

Cela faisait si longtemps qu’on attendait ce moment que Tuchanka aurait eu le temps d’être entièrement repeuplée – et la moitié de la galaxie colonisée par des mini-Wrex, si vous voulez mon avis. Mais ça y est. Alors que les jours s’écoulent laborieusement jusqu’à la sortie d’Andromeda, Mass Effect France a eu la chance d’avoir un aperçu de la bête, un peu plus d’un mois avant le jour-J. On vous fait vivre l’événement comme si vous y étiez.

ATTENTION : en toute logique, nous allons tenter d’éviter un maximum de spoilers. Tout ce qui a trait à l’histoire sera mis entre balises spoilers pour vous éviter de vous gâcher l’expérience. En revanche, nous allons aborder différents éléments de gameplay qui ne seront pas censurés, ainsi que les questions posées au producteur du jeu qui ne comportent pas d’éléments d’histoire. Ce dossier est fait en deux parties : la première est dévolue à l’Histoire, la seconde s’intéressera directement au gameplay.

Bastille, 16 février 2017. Au fond d’une ruelle qui ne paye pas de mine, quelque chose de fébrile est en train de se préparer. C’est ici qu’EA a décidé de dévoiler en toute discrétion le prochain titre de BioWare. Discrétion est un peu le maître mot : jusqu’ici, la campagne marketing autour du titre n’a pas brillé par son extravagance. Non parce qu’ils ont des choses à cacher, mais par choix : ni EA ni BioWare n’ont rien à prouver avec ce jeu, nous souffle-t-on à l’oreille. Déclaration un peu à double tranchant, quand on sait que certains d’entre nous sont restés bloqués sur la trilogie colorée des fins de Mass Effect 3.

Mais peu importe. Nous poussons la porte. Et là, première bouffée de chaleur : des bêtes de compétition (nourries au grain par NVidia et Logitech) ronronnent gentiment, avec, en fond, un menu dont l’apparence semble familière. On y est, putain. Sur les murs, des lithographies s’affichent fièrement : Ryder de dos, la galaxie, le Tempest. C’est réel. Mass Effect : Andromeda, c’est demain. C’est con, mais on est un peu intimidées. Un peu comme une rencontre amoureuse. On a les mains moites, le coeur qui bat, presque la larme à l’oeil. On est excitées mais au fond, on a aussi pas mal d’appréhension : et si ça se passait mal ?

Crédits photo : Maëva Poirier

Salle de conférence. Il y a pas mal de monde. On rentre dans Alexandre Astier. Pur hasard ? Non, l’acteur n’est ni là pour l’Exoconférence, encore moins pour Kaamelot : Astier a été doubleur sur le jeu. Mais au-delà de ce travail inédit, on apprend que c’est un grand fan du jeu. Wow.

De son personnage, nous n’apprendrons rien, si ce n’est que c’est un beau clin d’oeil. Au Canada, où la saga est née, il est d’abord et avant tout connu pour l’Exoconférence. Une raison de plus de scruter la VF.

On s’assied dans l’ombre. Fabrice Condominas est là. La saga, il la connaît bien : il a été producteur depuis le début. Le québécois revient d’Allemagne et enchaînera avec l’événement en Angleterre. Là, on a l’impression d’être en face du gardien du Graal. On a droit à une présentation intégrale avec des belles slides. Le discours est bien rodé, comme on pouvait s’y attendre. Mais les accents sincères de Condominas laissent entrevoir autre chose : Andromeda, ce n’est pas un jeu qui est sorti des entrailles d’un studio tout seul. Il a été fait en coopération avec les fans. Les plaintes, les désirs, les doléances. Tout ceci a été écouté, par BioWare et par EA. Si tout n’a pas pu être intégré, pour des raisons évidentes, notre influence est là, dans l’Histoire comme dans le Gameplay.

A l’époque où Omega était sorti, on nous avait promis un “coma”. Bon, personne ne l’a eu. En revanche, j’ai lâché ma larme pendant les premières 15 minutes du jeu, balancées par Fabrice himself. Une larme de soulagement et d’impatience. Et même de nostalgie. On chiale parce que c’est beau. C’est incroyablement beau – le Frostbyte de DA:I a subi un très beau lifting -, mais c’est aussi un tout : musique, cinématique, répliques, architecture du vaisseau et design des armes et des uniformes. Tout rappelle… La maison. Et quand on voit pour la première fois le N7 de Papa Ryder, c’est comme si on se prenait la claque de l’année 2017. It’s been 84 years.

 

N’attendons pas plus et plongeons-nous dans l’aventure. (SPOILEEEERRRSSSSSSS)

 

Bienvenue dans l’Initiative Andromeda. Après un rapide briefing venant d’Alec Ryder himself, vous vous retrouvez dans l’Hypérion. 634 ans après le départ, vous sortez de votre cryostase. L’équipe de l’Hypérion qui s’est réveillée avant vous s’occupe de vous faire passer quelques tests médicaux. Tout va bien. Votre frère ou votre soeur est encore en train de profiter du sommeil du juste dans sa capsule quand l’Hypérion heurte quelque chose, bien méchamment. La capsule de Ryder 2 se trouve malmenée et il se passe quelque chose avec elle ou lui. Vous prenez le contrôle de Pionnier. Vous pouvez choisir d’aller voir votre frère ou soeur ou directement aller à l’essentiel : voir de quoi il retourne. Sur votre chemin, vous pourrez donner un coup de patte à l’équipe de maintenance, histoire de remettre les systèmes au vert, aidé(e) de votre OmniTool et votre scanner – ces 15 premières minutes font figures de tuto -. Puis, vous rejoignez la capitaine du vaisseau. La situation est critique : le vaisseau est pris dans une sorte de filet d’énergie noire très intense. Mais pire encore, la Terre promise vers laquelle vous naviguiez depuis 600 ans se révèle complètement différente des calculs et peu apte à la création d’une nouvelle Terre où s’installer. C’est la merde mon général. La capitaine du vaisseau est justement en train de se prendre la tête avec un homme, pour décider s’il fallait mieux se rendre sur la planète au risque de perdre du temps, ou continuer à dériver, vous donnant l’occasion d’expérimenter votre premier dialogue émotionnel. Plot twist, l’homme n’est autre qu’Alec Ryder, votre papa, et le Pionnier désigné de l’Hypérion. Il rassemble son équipe, dont vous faites partie, avec le lieutenant Harper et Liam. Votre frère (ou soeur, on aura compris) est incapable de vous rejoindre, vous devrez mener seul(e) la mission de reconnaissance. Mais vous êtes formé(e) pour ça. Le Tempest vous largue à la surface de la planète, sauf que la navette se crashe. Vous chutez d’une hauteur inhumaine. Et c’est là où l’aventure commence.

 

On sait que ce dossier est très long, alors, pour aller à l’essentiel, voici quelques bullets points. Il est aussi à savoir qu’entre la version à laquelle nous avons joué et celle qui venait d’être envoyé à BioWare, 75 versions du jeu ont été développées et 9000 bugs corrigés par la team Q&A.

 

SOMMAIRE

TRIVIA

  • Une volonté de réalisme pour une immersion maximale
  • L’exploration : retour aux sources et exploration culturelle intense. Les planètes sont explorables et de nombreuses cultures, avec leur histoire propre, s’offrent à vous. Libre à vous de prendre le temps de les découvrir ou tracer sur la quête principale.
  • L’Initiative Andromeda : un voyage sans retour. Il y a de quoi faire de l’histoire, avec des personnes qui ont choisi de partir, en sachant pertinemment qu’ils ne reviendront pas dans la Voie Lactée. Quand on sait que le nom de famille de Cora est Harper, le nom réel de l’Homme Trouble, il y a de quoi creuser.
  • A bas les clichés : dans Andromeda, nous ne sommes pas dans un cliché colonialiste. Les aliens, c’est nous, et les habitants d’Andromeda sont bien plus puissants que nous.
  • Clins d’oeil à prévoir : BioWare nous a entendus, et des clins d’oeils à la trilogie originelle pourraient bien avoir lieu, sans que cela n’impacte profondément l’histoire.

GAMEPLAY

  • Des changements et des évolutions majeurs : le jeu offre une liberté profonde, autant dans l’exploration que dans les combinaisons de combat, et tout ça grâce à l’apparition du jetpack.
  • Du RPG comme s’il en pleuvait : la customisation est maboule, et vous pourrez choisir différentes influences de civilisations pour constituer votre arsenal et votre armure, grâce au terminal de développement présent dans le Tempest. Vous pourrez bien évidemment customiser votre personnage, avec une petite surprise très sympathique. Les romances changent également : il semblerait qu’on ne trigger plus seulement une romance exclusive : les one night stands sont possibles. Enfin, la roue des dialogues subit une nouveauté plutôt bienvenue avec un système de réputation très riche.
  • Revenir aux bases : Andromeda reste un Mass Effect, et vous retrouverez les influences qui ont fait les belles heures de la trilogie Shepard.

 

SPOILERS TRIVIA

Un réalisme plutôt sympa : ME:A est une invitation au voyage

Mass Effect: Andromeda se veut réaliste – à défaut d’être réel, au grand dam de tous -. 634 ans, c’est le temps que met l’Arche Hypérion avant d’atteindre son objectif, le secteur Héléus – secteur qui n’existe pas, mais dont le nom est proche d’Héleos, fils d’Andromède et de Persée, qui ont engendré une dynastie de héros, dont une fille réputée “tueuse de Gorgones” et un certain Héraclès, Hercules dans la mythologie romaine. Cette info sert à briller en société, mais aussi à espérer une épopée épique -. C’est un temps réaliste, puisque des chercheurs de l’Agence Spatiale Européenne l’ont calculé selon la définition théorique de l’Effet Cosmodésique et la distance entre la Voie Lactée et la Galaxie d’Andromède. De même, certaines technologies présentes dans le jeu sont actuellement en cours de développement – on s’arrête tout de suite, il ne s’agit pas d’un propulseur SLM, mais d’avancées comme la réparation de matière dans l’espace.

 

Tout un univers complet à découvrir.

Exploration est le maître mot. Une exploration géographique, certes, mais aussi culturelle. C’est l’ADN d’Andromeda : il y aura bien sûr une quête principale, qui devrait s’articuler entre la nécessité de trouver un nouveau berceau des civilisations et retrouver son frère/soeur en fonction du Ryder que vous avez choisi(e), mais également des quêtes propres à chaque planète, largement explorables. Clairement, Andromeda n’est pas un Open World, mais presque, tant les maps sont vastes. Chaque planète explorable dispose de sa propre histoire et culture, avec des conflits politiques spécifiques. La culture, vous la recevez en pleine face, grâce à l’immersion totale dans des environnements vivants : les personnages autour de vous parlent, vivent, et vous pouvez vous intéresser (ou non) à leurs histoires. Et plus vous avancerez dans le jeu, plus vous en apprendrez. Attention toutefois, cela n’aura pas une incidence capitale sur le déroulement de la quête principale : cela vous permettra de vous faciliter les missions de loyauté, mais vous n’en avez pas besoin pour progresser.

A cela s’ajoutent des missions de loyautés et les incontournables romances. Les romances se trouvent dans le Tempest et les missions de loyauté vous emmèneront voir du pays. Il sera virtuellement impossible d’obtenir la loyauté de tous les personnages que vous croiserez, puisque les civilisations voire les individus fonctionnent avec des amitiés / inimitiés très fortes.

 

L’Initiative Andromeda, tu l’aimes, mais tu ne peux pas la quitter

On l’apprend aussi dans l’Initiative Andromeda, si vous suivez les vidéos : c’est un voyage sans retour. Si on n’a pas vu beaucoup d’interactions en ce sens, on sait que les raisons pour lesquelles les voyageurs des Arches ont choisi de partir ne sont pas anodines. Ce n’est pas un départ. C’est un défi. Un défi d’autant plus grand que l’Initiative Andromeda s’est montée entre les événements de Mass Effect 2 et Mass Effect 3 : le Conseil s’est simplement rendu compte qu’ils n’avaient pas de Plan B en cas de réelle invasion des Moissonneurs. Alors si ça risque de nourrir les sujets de conversations sur l’Arche, on peut aussi imaginer des arcs narratifs autour de criminels ou de personnages au passé très lourd.

Le Pionnier n’est pas un Colon

On veut sortir du cliché colonialiste : ici, on a rien d’un Christophe Colomb qui débarque échanger des breloques auprès d’indigènes “ignares” (selon la culture blanche, mâle, hétéro) : les aliens, c’est nous, clairement, et les civilisations que nous allons rencontrer sont bien plus puissantes que nous et voient d’un mauvais oeil le débarquement de ces intrus. En se pointant dans la Galaxie d’Andromède, on se retrouve au coeur d’un conflit. A nous de le gérer.

 

Et enfin la petite touche finale…

Vous l’aviez rêvé, BioWare l’a (presque) fait : pour les anciens joueurs, Fabrice Condominas promet que des clins d’oeils légers permettront de faire le lien entre la saga originelle et Andromeda. Pour autant, ne vous attendez pas à plus : Andromeda, c’est aussi pour conquérir de nouveaux fans, donc Shepard et compagnie, ainsi que les conséquences de vos choix, ne seront pas évoqués en profondeur. Nous n’en savons pas plus, ni à quoi correspondent exactement ces clins d’oeil – des entrées sur le codex, des balises perdues ? En 600 ans, il peut s’être passé des choses -, mais ce détail renforcera la nostalgie.

SPOILERS GAMEPLAY

Venons-en aux détails techniques qui raviront tout le monde, garanti sans spoiler histoire, qui renforceront l’aspect nostalgique, promis.

Des changements et des évolutions majeurs.

Dans chaque épisode de Mass Effect, des éléments de gameplay sont rajoutés et viennent révolutionner – voire ringardiser – les précédents. Après l’ajout du multi dans ME3 et un gameplay beaucoup plus souple, notamment dans la couverture et les esquives, Andromeda entend pousser le concept encore plus loin.

Désormais, il n’y a presque plus de limites, grâce au propulseur. Cela ne vous permet pas uniquement de sauter plus haut et atteindre des coins que vous n’auriez jamais pus explorer dans les précédents épisodes : les propulseurs vous permettront de changer carrément de gameplay en fonction de votre façon de jouer. En clair, vous pourrez vous propulser, sniper un ennemi de loin, dans le même saut. Et si jamais vous avez raté votre cible et que par hasard, vous avez développé des compétences de porte-étendard, vous pouvez charger avant d’avoir touché le sol. Funky.

A ces nouvelles adaptations – nous n’avons pas exploré toutes les combinaisons – s’ajoute l’esquive, très nerveuse, d’une simple pression de la molette de la souris. Quant à la couverture, elle est automatisée dès que vous passez en mode combat, en dégainant votre arme.

L’expérience est également renforcée avec l’apparition du scanner dans l’OmniTool. Cela vous permettra de récolter des indices et des informations sur votre environnement et les gens que vous rencontrez, en alliance avec l’utilisation de SAM, l’IA du Tempest. Un Tempest immense, avec plusieurs ponts, plusieurs terminaux, la possibilité d’intégrer immédiatement un groupe en multi à partir du solo, et les nombreux membres d’équipage. Pour en revenir au scanner, son utilisation est assez intuitive – ce qui ressemble presque à l’outil de No Man’s Sky – et vous intégrez assez vite le réflexe de l’utiliser.

En exploration spatiale, le mining de ressource – extrêmement important si vous voulez #Choisirlartisanat – sera vraisemblablement fait sur les planètes et via un système de sondes qui n’était pas débloqué à l’heure où on a joué.

Sur le sol, vous pourrez faire appel au Nomad – beaucoup plus rapide et smooth que le Mako, avec une vraie gueule et une vraie inertie. Normalement, il n’est pas armé, mais nous n’avons pas pu réellement toucher au Nomad. Parce qu’au final, l’exploration à pieds était toute aussi passionnante.

Encore une fois, le jeu est beau à tomber – vous vous souvenez du début de ME2, lorsque vous parcouriez le pont du Normandy SR-1 ravagé, avec vue sur une planète ? Combien sommes-nous à nous être arrêtés pour vraiment profiter de la vue et nous laisser saisir par l’espace infini ? ME: Andromeda promet bien ce genre d’instant magnifique -. Et tout est d’une souplesse plaisante, à commencer par la transition entre les scènes de cinématique et le gameplay qui est juste quasiment nulle, pour profiter d’une expérience de jeu maximale. Enfin, la démarche de votre personnage est très vivante.

RPG no limit

« Bonjour, je sors tout juste du lycée »

Customisation à gogo de votre équipement et de votre personnage – ah, là, on a réveillé les deux dans le fond qui ronflaient -. On va se l’avouer, la création de votre personnage est un peu décevante et ne change pas beaucoup par rapport à ME3. Elle est moins précise que DA:I et à l’heure où nous avons joué, certains détails ne pouvaient pas être changés. Résultat, on a une Ryder aux joues pouponnes et un Ryder avec une barbe toute douce.Vous pourrez importer des données de… Votre Shepard. Et ça, c’est une bonne idée.

En revanche, là où ça devient vraiment dingue, c’est l’artisanat.

Vous avez trois grandes civilisations avec des designs et des coutumes différentes, qui ont influencé dans le choix des armes proposés et leur fonctionnement. Ainsi, si vous êtes nostalgiques, vous pourrez retrouver les armes de l’Alliance. Des armes spécifiques ont été développées sur le Nexus. Et les armes extra-terrestres sont également disponibles. Même principe pour les pièces d’armures – petit bonus, vous pourrez débloquer des pièces N7, destinées aux biotiques, du moins dans la version que nous avons vue.

Mais avant de pouvoir vous éclater à défourailler de l’alien avec des armes folkloriques, sachez qu’il faudra d’abord débloquer les plans, puis les développer, sur votre terminal R&D. Ce qui nécessite de la ressource – et donc, du mining -. Une fois que vous avez les plans, vous devez ensuite fabriquer votre pièce ou votre arme. Chaque pièce et arme auront des slots – entre 3 et 4, dépendant de la pièce – où vous pourrez coller des améliorations sous la forme de modules. Un peu comme dans DA:I. Ensuite, au niveau couleur, lâchez-vous. Sachant qu’il existe un nombre de modèles conséquent pour chaque classe d’arme, les possibilités sont vertigineuses – cette remarque inclut également les armes de corps à corps, grande nouveauté dans la saga, où vous pourrez enfin vous prendre pour un Fantôme de Cerberus. De même pour les armures : vous aurez différents types d’armures et des déclinaisons pour chaque classe pour chaque type. Vous pourrez également personnaliser le Nomad. Quoi ? Qu’entends-je ? Oui. C’est maboule.

Rassurez-vous, si tout ça vous gonfle, vous pourrez toujours acheter vos flingues chez l’armurier du coin.

Mais attendez, ce n’est pas fini. Vous vouliez de la liberté ? Votre grand rêve a toujours été d’être un franc-tireur capable de charger dans la masse ? Oui, c’est possible. La composante RPG de ME: Andromeda est devenue bien plus complexe et vous offre des possibilités quasi illimitées et adapté à votre style de jeu : il n’y a pas de classe. INCROYABLE. Ce retournement de situation en matière de gameplay est même justifié par l’histoire elle-même : vous êtes le Pionnier, qui est à la fois un leader, un explorateur, et un soldat. Personnage polyvalent qui n’a d’entraînement que ce qui a été appris pendant la formation de Pionnier, il est amusant de constater que le personnage a ici autant d’expérience que le joueur. Lorsque vous prenez un niveau, vous disposez de plusieurs points de compétences que vous pouvez dépenser à loisir, que ce soit en port d’armes comme en pouvoir tech ou biotiques. Bref, dans Andromeda, vous aurez l’occasion de modeler un personnage qui vous ressemble, et correspond à vos attentes en termes de gameplay. Encore une fois, les possibilités semblent assez larges quoique complexes. Si cela vous rebute, sachez que vous pourrez rajouter une couche de simplification pour vous concentrer sur l’essentiel, à savoir l’histoire, les romances et la baston.

Enfin, un autre point attendu par les joueurs : la roue des dialogues. Pendant les trois premiers Mass Effect, il ne fallait pas être sorti de Saint-Cyr pour comprendre que si on voulait capitaliser paragon ou renegade, il suffisait de choisir systématiquement la proposition en haut à droite ou en bas à gauche, jusqu’à machinalement effectuer le choix. Exit ce système aussi inspide que les trois fins de ME3 – décidément -, bonjour la roue des dialogues émotionnelle, à la Dragon Age 2 : vous disposerez de 4 choix, chacun soutenant une émotion particulière, afin de savoir clairement où on en est. Chacune de vos décisions en matière de dialogue entre en compte dans un compteur interne pour modeler le caractère de votre personnage. La bonne nouvelle, c’est que la machine se met en branle dès le premier dialogue du jeu, et que chaque personnage que vous rencontrez, principal, secondaire, voire juste caméo, et avec qui vous pouvez parler, vous permettra de remporter des points. La mauvaise nouvelle, c’est qu’on sait bien ce que ça a donné avec Dragon Age 2, un système plutôt décevant quoique prometteur. Espérons que BioWare ait appris de ses erreurs.

Cette roue des dialogues vient renforcer un autre sentiment de liberté, et ça va en intéresser certains : vos décisions impactent le déroulement de l’aventure et l’appréciation des PNJs à votre égard, certes. Du coup, dans les romances, il y a des nouveautés : vous pourrez bien sûr avoir vos relations exclusives comme dans la Trilogie Shepard, mais vous pourrez colorer vos relations avec des One Night Stands – où « coup d’un soir » -. La nouveauté, c’est que vos compagnons sont au courant de cela et sont donc consentants – fini, le temps où on devait briser des coeurs pour épicer le gameplay de la fesse. Certains seront même plus partants pour un coup d’un soir que pour une relation sur le long terme, en fonction de vos choix. AWESOME. Comme d’habitude dans un jeu BioWare, les romances LGBT+ sont de la partie : nous avons pu draguer de la même manière un homme pendant une mission, peu importe le sexe de notre Ryder. Encore une fois, rien ne vous est imposé.

Mass Effect Reloaded

Cependant, Andromeda n’est pas un stand-alone. On n’efface pas tout pour recommencer sur une base plane : les forces des précédents jeux sont encore là, et certaines font leur grand retour, pour encore plus de nostalgie. Ainsi, l’exploration, qui est l’élément primordial, la possibilité d’utiliser un véhicule terrestre, mais aussi le système d’inventaire : vous lootez de l’équipement dans des casiers ou à la sauvage. Les munitions sont toujours des cartouches thermiques – avec une réserve sur les armes purement extra-terrestres qu’on n’a pas pu tester -. En plus d’armes, d’armures, de médigel et de mods, vous pourrez également récupérer de l’équipement inutile à refourguer aux PNJs et aux marchands.

On retrouve également les répliques bien cheesy et witty et sexy des premiers jeux, et la volonté de BioWare de représenter toutes les personnes, peu importe le sexe, la couleur de peau, l’origine ou encore l’orientation sexuelle, et ce, dès les premières minutes du jeu.

Point important, nous avons un peu fouillé la messagerie du Tempest. On retrouve exactement les mêmes choses qu’avant – mais sans votre secrétaire, à moins que nous l’ayons ratée -, avec des spams, des missions, des compte-rendus de missions et autres clins d’oeil.

La musique est grandiose et n’est pas sans rappeler les thèmes les plus célèbres de l’ancienne trilogie, provocant une immersion totale et immédiate pour les joueurs aguerris.

La prise en main est elle-aussi quasi immédiate, en dépit des nouveautés : Andromeda ne révolutionne rien et c’est tant mieux, l’immersion est d’autant plus facile.

CONCLUSION

Mass Effect: Andromeda nous a enthousiasmé. Pour l’instant, on a l’impression que tout le monde s’y retrouvera, nouveaux venus comme vétérans de la saga de Premier Contact. Tous, vraiment ? Non. Les vrais fans de RPG, les amoureux de l’exploration et les joueurs avides de défis pour platiner le jeu. Le casual gamer pourrait se perdre tant le jeu et ses mécanismes sont vastes : à vouloir être trop ambitieux, on peut en décourager certains – ce qui n’est pas pour déplaire à tout le monde non plus. Mais clairement, le jeu a tout ce qu’il faut pour combler les fans de BioWare. Verdict complet le 23 mars.

Nous avons délibérément fait l’impasse sur certains points, soit parce que nous les avons oubliés, soit parce que nous avons jugé que cela n’apportait rien au dossier. Cependant, nous restons à votre disposition pour répondre à toutes vos questions (dans la limite des stocks disponibles).

Prêt pour rejoindre l’aventure ?

Hadès & Karrie

8 pensées sur “Au coeur de l’Initiative Andromeda : premiers pas avec le jeu

  • 23 février 2017 à 17 h 04 min
    Permalink

    Joli billet que nous avons là. Du coup je suis très pressé de voir ce que va donner. Moins d’un mois à attendre maintenant! 😀

    Merci de la qualité de la review à vous deux les filles. Vous gérez! 😉

    • 23 février 2017 à 17 h 41 min
      Permalink

      Merci Cherno :). Après, on avait de la belle matière et virtuellement accès à beaucoup de choses. La seule chose qui nous a vraiment manquée, c’est le temps.

  • 23 février 2017 à 19 h 27 min
    Permalink

    Les filles j’ai qu’un mot : BRAVO ! Super article, montage au poil pour a vidéo, que du propre ! Et je vous ne comprendrez jamais à quel point je suis jaloux de votre rencontre avec Alexadre Astier.

  • 26 février 2017 à 8 h 32 min
    Permalink

    Bravo les filles, bel article. C’est rassurant pour le jeu. Chez Bioware ils ont bien géré l’après ME3. C’était carrément pas gagné. Seul regret, moi et mes 40 piges, on aurait bien aimé jouer papa Ryder 😉 !
    Vivement la sortie pour pouvoir rouler sur nos ennemis en multi.

  • 27 février 2017 à 21 h 01 min
    Permalink

    Il y a de fortes chances que je passe plus de temps à piloter le Nomad qu’à faire les missions. #Mako /o/

  • Ping : ME: Andromeda - Patch Day One et ménage à prévoir sur console - Mass Effect France

Laisser un commentaire