[Tribune] Une pétition pour les DLC de MEA : en voilà une idée qu’elle est (pas) bonne !

DISCLAIMER : Cher lecteur, prépare toi, voici un autre article où je ne vais pas être gentil avec les joueurs. On comprendra bien sûr que quand je dis « les joueurs », je parle d’une tendance, d’une proportion relativement majoritaire de joueurs, d’une proportion assez large pour susciter la réflexion, mais en aucun cas de la totalité des joueurs. J’enfonce des portes ouvertes, mais on ne sait jamais.

Parce que je dois dire que j’ai rarement vu un truc aussi stupide. Une pétition demandant des DLC solos pour Andromeda. Rien que ça. Mais grand dieux, non. Juste non.

Pourquoi, me direz-vous ? Un DLC permet d’ajouter du contenu au jeu, Andromeda pourrait en bénéficier vu que son solo a des trous, et…

Non. Non. Un DLC n’est pas censé boucher les trous d’un scénario lacunaire. Sinon, ce n’est pas un DLC, mais un jeu vendu en plusieurs pièces.

Et voilà le problème de cette pétition. Elle souligne toute l’hypocrisie de joueurs (encore une fois, comprenez certains joueurs) qui critiquent le bâton dont ils demandent eux-mêmes les coups.

Une demande qui n’a aucun sens

Contradiction, bonjour

Je cite une partie du texte de la pétition : « il y a trop d’arcs pas finis dans le scénario, et le jeu a BESOIN de DLC ». Vraiment ? Mais pourquoi aurait-il besoin de DLC pour rallonger une durée de vie déjà importante ?

Mass Effect Andromeda n’a pas « besoin » de DLC pour ajouter du contenu en plus. Il a « besoin » de DLC pour boucher les arcs scénaristiques qui ont été amorcés dans la campagne solo sans être finis, tels que l’Arche Quarienne (on ne reviendra pas sur ce que je pense de cette grandiose idée), le Bienfaiteur ou encore le destin du second de l’Archonte. Comprenez que ce contenu aurait de fait dû être présent dans le jeu de base. On ne parle pas de teasing mais bien de trous dans le jeu, à l’image de la quête avec Jien Garson coupée en plein plot twist, des Jardaan dont on ne sait rien à part leur existence, ou encore de Primus avec qui on peut signer un pacte avant de… ne plus en entendre parler.

Ces trous dans le scénario sont pointés du doigt par l’auteur de la pétition. En d’autres termes, la pétition consiste à râler sur le fait que des choses qui manquent au jeu, des choses qui auraient dû être ajoutées au jeu de base (et non pas qui pourraient simplement être ajoutées en bonus, comme ce que doit faire un DLC)… puis à demander à les ajouter en DLC.

Quelle est la raison numéro 1 pour laquelle beaucoup de jeux sortent « pas finis » (pas fini au niveau du contenu scénaristique, pas au niveau des bugs ou autres features de gameplay manquantes) ? Quelle est l’une des choses qui fait le plus râler les joueurs ? Réponse : les jeux vendus « en morceaux », les DLC qui ajoutent du contenu qui devrait être présent dans le jeu de base.

En somme, la pétition consiste à se plaindre des trous dans le scénario du jeu… avant d’encourager, inconsciemment, à vendre le jeu « en kit » afin de colmater ces trous.

Non, juste non. Si on regrette les trous dans le scénario d’un jeu, on ne demande pas de les boucher avec un DLC. Faire cela revient à justifier la politique de jeux « en kit » que beaucoup sont enclins à critiquer, et de manière plus locale, à cautionner l’existence des trous dans le scénario d’Andromeda.

Un jeu doit se suffire à lui-même. Si un DLC apporte quelque chose qui, objectivement, aurait dû se trouver dans le jeu de base, alors il y a un problème. Boucher les trous d’Andromeda avec des DLC n’apportera rien de bon. Mieux vaut attendre un hypothétique Andromeda 2 et donner la chance à un nouveau jeu de rattraper les erreurs du premier, plutôt que de continuer à nager dans les erreurs de ce premier opus.

Trop tôt

À tout hasard, je rappelle que le jeu est sorti fin mars 2017, soit il y a tout juste quatre mois. Hors DLC day one, les DLC d’envergure (comprenez : plusieurs heures de jeu et pas 20 minutes, c’est à dire ce à quoi on peut s’attendre pour un Mass Effect) pour un jeu AAA arrivent au plus tôt six mois après la sortie, souvent plus tard. Mais pas au bout de quatre mois. Quel intérêt, donc, de se précipiter pour demander des DLC solo ?

On sait déjà que BioWare a démenti la rumeur de l’annulation de DLC solo. On sait aussi qu’actuellement, il n’y a qu’une petite équipe qui travaille sur Andromeda, pour sortir des patchs correctifs réguliers, et occasionnellement ruiner le multijoueur. Ca ne sert à rien de se précipiter pour demander des DLC, c’est tout simplement trop tôt. De surcroît, la pétition semble faire écho à cette rumeur d’annulation des DLC. D’une part, cette rumeur a été démentie ; d’autre part, ce n’est pas une pétition qui aurait changé ça. Surtout pour un jeu sur lequel la critique des joueurs a été très acerbe sans forcément être toujours objective (inutile, je pense, de rappeler le drama qui a accompagné la sortie d’Andromeda).

Le problème avec les DLC

Bon et mauvais DLC

Non, je ne vais pas refaire le sketch. Mais bon, il faut bien le dire : il y a de bons et de mauvais DLC. Notez bien que je ne parle pas en termes de qualité (cela nécessiterait une étude complète sur pièce, chose difficile à faire avec un DLC qui n’est pas sorti), mais en termes de principe : est-ce que ce DLC est une escroquerie ou non ? Et ça, on peut en juger grâce au jeu de base. Je m’explique.

Oh, un personnage coupé du jeu pour faire du fric !

À la base, les DLC ont petit à petit remplacé un concept bien plus vieux, celui des extensions. Régulièrement, un jeu se voyait doté d’une ou plusieurs extensions qui ajoutaient du contenu et de la durée de vie : The Conquerors pour Age of Empires II: The Age of KingsKingdoms pour Medieval II : Total WarCrysis Warhead pour Crysis. Quelle différence ? À peu près aucune, sinon que c’était plus souvent stand-alone (n’avait pas besoin du jeu de base pour être utilisé) et à l’époque plus volumineux. Aujourd’hui, on peut voir de simples missions (1 à 2h de jeu) en DLC, à l’époque on pouvait avoir un nouveau jeu, un peu plus petit que le précédent, mais un nouveau jeu quand même. L’idée n’est pas de dire que c’était mieux avant, mais simplement que le concept ne date pas d’hier, il a juste évolué (en bien ou en mal, ce n’est pas le sujet de cet article).

Fondamentalement, les DLC solo sont payants. Les exceptions sont rares (et concernent souvent de tous petits DLC). Il va de soi que ce que je vais dire concerne les DLC qu’il faut payer. Dans la suite, par « DLC », j’entendrai donc « DLC payant ». De même, je vais m’intéresser uniquement aux DLC proposant du contenu scénaristique, et pas aux DLC type pack d’armes, de skin… Ca, c’est un autre sujet, et pas celui qui m’intéresse aujourd’hui.

Qu’est-ce qui fait la différence entre un bon et un mauvais DLC (encore une fois, en termes de principe) ? Selon moi, c’est la réponse à la question suivante : « Est-ce que le jeu de base en a vraiment besoin ou pas ? ». Si oui, alors c’est quelque chose qui a été retiré du jeu de base pour favoriser la vente d’un jeu en kit, donc mauvais DLC. Sinon, c’est un ajout de contenu, donc pourquoi pas (tant que le prix est justifié par ledit contenu). Par « besoin », j’entends : est-ce que le jeu se suffit à lui même sans DLC, ou est-ce que le DLC apporte quelque chose qui change radicalement le jeu au niveau scénaristique ?

Prenons quelques exemples. Le DLC le plus apprécié de Mass Effect 2 est sans aucun doute Lair of the Shadow Broker, Le Courtier de l’Ombre en VF, dans lequel on retrouve Liara pour chasser le courtier de l’Ombre. On pourrait dire que sans ce DLC, Liara est inexistante dans Mass Effect 2, que c’est dommage, que c’est mal. Mais concernant Mass Effect 2 lui-même, la question ne se pose pas : on n’a pas besoin de jouer à ce DLC pour comprendre et apprécier pleinement ME2. Ce DLC est juste une aventure en plus, que l’on fait ou pas, si on le souhaite. De même pour Suprématie. Pour l’Arrivée, je suis plus nuancé, je pense que si ce DLC n’est pas indispensable au jeu, il aurait dû néanmoins y être inclus compte tenu de son impact sur la suite de la timeline. Mais passons.

Oh, un… gros machin, coupé du jeu pour faire du fric !

Passons du côté obscur du DLC et allons voir notre ami Javik, Surgi des Cendres. Un DLC day-one (ça commence mal). Je ne vais même pas justifier pourquoi ce DLC a été coupé du jeu de base, les fichiers du jeu le font pour moi (et le fait qu’il soit day-one, aussi). En effet, Javik se trouve dans les fichiers de Mass Effect 3. Il était donc possible dès la sortie du jeu, modulo une petite manipulation dans les fichiers (donc sur PC uniquement), de débloquer Javik sans payer le DLC. Cela ne permettait pas de faire sa mission de « recrutement » (qui était très anecdotique), mais déverrouillait le personnage dans son intégralité (cinématiques, interactions, dialogues). Je pense qu’il est assez clair que cette partie a été coupée du jeu pour faire du chiffre.

On peut également parler du DLC Léviathan. Il faut avoir ce DLC pour connaître l’origine des Moissonneurs, l’ennemi qu’on affronte depuis Mass Effect 1. Rien que ça. Pas besoin d’en dire plus, je pense.

Mis à part l’Arche Quarienne, tous les DLC possibles que j’ai cités pour Andromeda tombent de façon évidente dans la 2ème catégorie. Poursuivre l’histoire de Jien Garson ? DLC coupé du jeu de base. Les Jardaan ? Coupés du jeu de base. L’histoire du Primus ? Idem.

Revenons en 2010. On me dit « Un DLC pour ME2 va sortir, sur Liara et le Courtier de l’Ombre ». Je me dis « Cool, une aventure en plus, ce sera l’occasion d’enrichir l’univers ME et de retrouver un camarade de ME1 ». Si on me dit aujourd’hui « Un DLC pour MEA va sortir, sur les Jardaan / Primus / Jien Garson et le Bienfaiteur », je vais juste me dire « Ah, ils ont attendu un DLC pour développer l’un des plot twist les plus important du jeu. »

Il faut savoir ce qu’on veut

Dans un précédent article, je critiquais la tendance des joueurs à se hyper pour rien ou pour de mauvaises raisons, avant d’en être déçus et d’avoir un retour trop sévère et pas vraiment objectif. Là où je veux en venir, c’est que le problème est le même : si on joue le jeu de l’éditeur sans faire attention à ce que ça implique, on le paie. Trop se hyper, c’est jouer le jeu de l’éditeur, qui crée cette hype, à grands coups de marketing, pour s’assurer des ventes. Avec les risques que ça implique : être déçu d’avoir acheté un jeu qui ne tient pas ses promesses.

Là, c’est pareil. Demander des DLC solo pour Andromeda, spécifiquement pour boucher les trous scénaristiques qu’il y a dans le jeu (encore une fois : Jien Garson, les Jardaan, Primus, leurs histoires sont à peines effleurées avant d’être laissées de côté), cela revient exactement à accepter qu’un jeu sorte avec un scénario lacunaire, nécessitant de payer des DLC pour boucher les trous. Et qui pense que c’est une bonne idée d’accepter ça, franchement ?

Il faut savoir ce que l’on veut. On ne peut pas d’un côté se plaindre de lacunes dans le scénario d’un jeu, et de l’autre côté réclamer des DLC pour combler ces lacunes. Ca n’a tout simplement aucun sens. Sauf si l’on tient à voir des jeux en kit. Mais étant donné que les jeux en kit sont une des choses dont les joueurs se plaignent le plus, ça m’étonnerait.

Et le contenu qui manque, dans tout ça, me direz-vous ? Si on refuse les DLC, comment est-ce qu’on aura la suite de l’histoire de Jien Garson et tout et tout ? Parce qu’on aimerait bien !
C’est vrai. Mais mieux vaut espérer voir la suite de ces histoires dans un hypothétique Andromeda, quitte à ne rien voir du tout, 2 que cautionner un Andromeda vendu en kit. Car on peut au moins espérer un Andromeda 2 plus travaillé. On peut toujours rêver, vous me direz. Certes. Mais ça vaut toujours mieux que d’encourager les jeux vendus en kit.

FM_

Combattant Volus (Vanguard ?) dans l'âme et autre adorateur des chats. Sur MEF, je sers en tant qu'"expert" en gameplay et fais des tutos pour ME2, ME3MP et MEA. Je contribue également de façon plus ponctuelle aux news et autres dossiers du site.

2 pensées sur “[Tribune] Une pétition pour les DLC de MEA : en voilà une idée qu’elle est (pas) bonne !

  • 7 août 2017 à 18 h 39 min
    Permalink

    Tu oublies un autres type de DLC FM : le DLC ajoutant une aventure « optionnelle » dans un épisode, mais qui s’avère déterminante pour comprendre ce qui se passe dans l’épisode suivant. Alors, bon ou mauvais DLC quand on regarde la série dans sa globalité ? ^^

    Mine de rien, on l’a avec le DLC du courtier de l’ombre pour Liara, ou même dans Dragon Age 2 avec le DLC Héritage 😉

    • 15 août 2017 à 13 h 39 min
      Permalink

      Si tu regardes bien, ce que tu décris correspond exactement à ce que je décris en parlant de DLC qui devrait être inclus dans le jeu de base (si c’est déterminant pour la globalité de la série, c’est déterminant tout court, donc ça doit pas être en DLC). Donc je ne l’ai pas oublié… et ça correspond à du mauvais DLC ^^.

      Par contre, Courtier de l’Ombre n’est absolument pas déterminent pour comprendre ce qu’il se passe dans l’épisode suivant. Les évènements de ce DLC sont en soi beaucoup plus anecdotiques que ce qu’on pourrait croire, car ils n’ont pas vraiment d’influence sur ce qu’il se passe entre le 2 et le 3. Si je vulgarise, ce DLC, c’est : « Liara remplace le courtier, éventuellement Feron meurt, et ensuite Liara ne sert à rien jusqu’au début de ME3 ». Si tu as fait le DLC, tu sais ce qu’il s’est passé et tu constates qu’elle a pas fichu grand chose pendant six mois ; si tu ne l’as pas fait, elle t’explique qu’elle est devenue la nouvelle Courtière en perdant un ami au passage, et tu constates… exactement la même chose ^^

      Par contre, l’Arrivée, lui, correspond bien à ce cas de figure. Parce que pour le coup, si tu l’as pas fait, c’est difficile de comprendre pourquoi Shepard se retrouve menacé de finir au trou au début du 3.

Laisser un commentaire